• Ricardo Filipe

Bioconstruction à Auvergne

Après presque que traverser la France et arriver à Auvergne, la terre des volcans, je retourne à la campagne et à la nature, cette fois pour aider un famille à construire sa maison avec des méthodes durables, utilisant de bois et de paille.


Troisième semaine, troisième post!


Donc, derniere post je suis venu d’arriver à la maison artistique de Dominique. Après ce post, j’ai passé le weekend la-bas. J’ai eu l’opportunité de rendre visite à Angers, sur ce qui était le jour plus frustrant en terme du autostop. En fait, cette visite n’était pas magnifique. J’ai trouvé que visiter quelque ville européenne seule, maintenant c’est ennuyant et plus, quand je ne savais pas, de tout, l'histoire ou l’existence de cette ville avant. Angers était une ville jolie, mais, d'abord, j’en ai marre d’églises, et des châteaux, et des offices de tourismes et bon… de tous qui est touristique. Franchement , je pense que je préfère faire un jour d’autostop qu’un jour de visiter une ville seule.


Ok.. Angers était pas terrible, mais les 4 ou 5 heures pour revenir à Durtal? Ça c’était le comble. Pour faire 40 km j’ai du de marcher 1 heure, d’attendre autre 2 ou 3, et seulement pour, à la fin, prendre le autobus. 6,20€ and counting…. Mais bon, les échecs sont important pour apprendre et j’ai appris! (une post sur autostop arrive bientôt)


Maintenant, je suis à 491 km de ma dernière localisation. Je suis parti de Durtal et de la maison artistique de Dom à lundi, prêt pour la étape de autostop plus défiante jusqu’à maintenant. Au total, étaient 610 km d’autostop et 30 km que j’ai fait avec Astrid qui m’a ramener à sa maison. Mon workaway suivant. Ce jour était vraiment un défi et j’étais presque sûr que ça serait ma première nuit dans la tent. Mais non… le jour à commencé mal mais à la fin j’ai eu de chance.. encore. J’ai eu besoin de exchanger mon plan plusieurs fois. Par exemple, j’ai fait un détour à Orléans parce que j’ai eu l’opportunité d’un monsieur de me ramener lá et j’étais un petit peu désespérée à cause de rester à Tours et être 15h.

Enfin, il m’a ramené à Orléans et lá j’ai eu ma étape plus longue à faire et ici avec trop de chance un garçon m’a emmené même à Clermont-Ferrand. Presque de 300 km. En fait, lui, il a passé pour moi la première fois sans arrêter, il a entré sur l'autoroute et dans un gest d’altruisme a tourné et a sorti l’autoroute juste pour revenir et me prendre! La chance! En fait, il a fait un voyage pareille à la mienne à l'Amérique du Nord et Sud et, après y avoir fait beaucoup d’autostop, il a vraiment compris ma position et m’a aidé.

Quand je suis arrivé à Clermont-Ferrand, encore la chance, j’ai même pas commencer à écrire mon nouveaux carton pour aller à Issoire, où mon prochaine workaway me chercherait, et Alex m’a pris. C’était la première fois pour lui qu’il prenait un auto stoppeur. On a fini par aller à un riviére pour nous baigner.

Moi, Alex et sa copine après baigner dans le riviére Allierre

Donc, pourquoi Clermont-Ferrand puisqu’il ne fait pas partie de la route à Portugal? Simple.. 24 de Juin, j’ai le récital de mon frère et j’ai vu vraiment le voir.


Workaway

Le workaway où je suis maintenant est encore dans la campagne, entouré de nature, vaches et arbres, et sons d’oiseaux. Un endroit d’où on peut voir les montagnes du massif central, vieux volcans que sont morts depuis très longtemps, avec de niege sur ses sommets.

L’habitation ne l’est pas. Ça c’est en train de se faire, mais pour l’instant ce n’est pas fini. Pas de tout, parce qu’il existe seulement les fondations. Mais en fait, la maison se développe pas à pas à côté de le site de construction. D’une propriété vide, ils ont commencé pour les basiques: lisser une partie du terrain, mettre du béton pour soutenir et créer un espace de travail, ramener un maison de camping, où ils pourraient habiter, ramener un tent pour avoir plus d'espace aux abris de la pluie. Basiquement, maintenant c’est un ensemble de camping cars, van, maison de camping, autour d’un petit maison et zone de travaille construit sous une structure de toit. Et bon… ça c’est plus que suffisant pour moi. Et le bónus, ils sont autosuffisant en termes d'électricité, parce qu’ils la produisent avec ses panneaux solaires, et en termes de gestion de déchets, parce qu’ils utilisent seulement produits biologiques et l’eau de bains et du lavabo est filtré avec un simples filtre de paille et est retourné à la nature. En termes de toilette, ils utilisent un toilette sèche dont les déchets sont composté avec des restes de la cuisine. Vraiment, un maison temporaire mais un maison avec tous les conditions!

Ma première impression était très bonne! C’est la première fois qu’une workaway me vient amener. Donc ça était un bon premier pas. Et après aussi parce que j’ai connu Astrid et Dom. Dans les premières heures que j’ai été ici, j’ai compris immédiatement l'énergie de cette famille et comme ils sont gentils. Dom, 44 ans, a travaillé beaucoup dans la métier d’informatique, mais toujours dans le philosophie de aspect social, avec sa association pour éduquer les communautés sur l’internet et après avec son entreprise que a travaillé pour créer des réseaux sans fil pour des sites isolés. Astrid, récemment 40 ans (son anniversaire était ce samedi), a aussi travaillé beaucoup dans le monde associatif, mais dans la domaine du management culturel. Elle a travaillé dans une compagnie de théâtre et après a travaillé dans une association social, où elle a connu Dominique. Le dernier et plus jeune élément de la famille est le petit Yali. Avec 2 ans, est un enfant très énergétique et curieux, que parle beaucoup et qu’est toujours très drôle, toujours à demander à quelqu'un pour le lire un livre ou d'essayer d'explorer un nouveau site. Parfois, il ne peut pas obtenir ce qu'il veut. Après tout, il n’est pas très sain de marcher pieds nus dans le chantier! Et, finalement, Dipy, la chienne qui m’accompagne aux mon randonnées (c’est plus moi que l’accompagne mais bon..) et les deux chat, Putchy et Mify, que sont les raisons que j’aime bien des chats maintenant.


Moi et Dipy lors d'une de nos promenades

Tout le monde aide à la construction! Il n’y a pas de rôles pré-arrangé. Astrid et Dom, les deux pensent sur la planification de la maison, les deux aident dans la construction, les deux traitent de Yali, les deux cuisinent, etc. C’est vraiment égalitaire et travailler pour construire sa propre maison, avec un bébé en même temps, n’est pas une tâche fácile!

Avec moi, j’ai un autre copine workawayer. Elle s'appelle Choco, et est japonaise. Elle est un très drôle et gentil fille qui a fait le même que moi: elle a quitté son travail parce qu’elle aimais pas et donc, maintenant, est en train de faire un voyage pour plusieurs continents. Elle a commencé dans ouest d’Asie, à Uzbekistan et Iran, après Europe, où elle a passé sur 6 pays différents. Après France, elle va continuer pour Espagne, Morocco et va finir à Zambia, où elle va faire bénévolat avec une association d’une amie.

Moi, le père de Astrid, Astrid, Dominique et Shoko

Ici, je me sens vraiment soutenu. Ils sont très attentionnés et ils réfléchissent bien sur nous et si nous avons du travail à faire, si c'est trop, si nous sommes bien nourris, si nous avons tous les conditions nécessaires. Et, en plus, ils sont très inspirants et je on passe des bons et drôles moments ensemble.

Déjeuner d'anniversaire d'Astrid. On a mangé de maki sushi faite par Shoko

Le travail

Maintenant, le construction est dans un point critique: la charpenterie. La structure de la maison en bois est en train de se créer. Couper les piliers et poutres et préparer tout pour l'assemblage que va arriver bientôt avec un charpentier professionnel.

Donc, ici, je les aide avec les trucs que je peux faire, tels que couper des planches en bois pour faire de support à la maison, couper des barres d’armature, fixer les pieds en métal aux piliers en bois, aller amener des pneus pour utiliser sur la base de la maison, etc.

Je coupe une planche de bois

La maison va être construit avec des méthodes écologiques, spécifiquement avec le méthode CST (Cellule sous tension). Ce méthode profite des ballots de paille pour construire les murs mais aussi de faire la structure de la maison, puisque la paille est dans tension. Avec ce méthode ils peuvent même mettre un toit sur la paille et un minimum structure en bois.

Des photos du livre sur lequel ils fondent pour construire la maison

Ils en train de tester la compression de la balle de paille

En fait, dans ce cas, Dom et Astrid plan en faire le CST mais aussi un structure en bois en parallèle. Et cette structure est ce que nous sommes en train de créer.

Hier je suis arrivé à Lyon pour être avec mon frère et je pense que je vais voir des volontaires aussi qui habite lá-bas. Bientôt, je voudrais faire un post avec mon apprentissages sur l’autostop. Peut-être à la prochaine semaine.


À bientôt!



60 visualizações0 comentário

Posts recentes

Ver tudo